Rejoignez Carxpert sur Facebook
Fermer

Home > Événements > WRC Rallye Monte-Carlo 2013

Événements

Comme sur un nuage,

C’était un de mes rêves, participer au Rallye Monte-Carlo comptant pour le Championnat du Monde des Rallyes, et puis il y a quelques mois l’envie de le réaliser devient irrésistible, un samedi je décroche le téléphone et appelle Paul GARDERE, « Paul je veux faire le Monte-Carlo en 2013 pour mes 30 ans », et la machine est lancée.

Il faut trouver une voiture, après quelques recherches mon choix se porte sur une Mitsubishi Evo IX, en version FIA, la voiture est à réviser mais a peu roulé depuis son montage chez Calm Competicio en Espagne dont la réputation n’est plus à démontrer pour les Mitsubishi.

Après une séance d’essai lors du Rallye Montbrisonnais conclue par un 2eme temps scratch sous la pluie et en slick la voiture prend le chemin de l’atelier ou elle va subir une révision complète, rien n’est laissé au hasard, je ne veux pas abandonner pour une négligence, et le travail va porter ses fruits, pendant tout le Monte-Carlo aucune assistance mécanique ne sera nécessaire sur la voiture.

La fin de l’année est employée en parallèle à la recherche de budgets et de sponsors, que je tiens à remercier du fond du coeur pour leur aide et leur soutien.

Les semaines passent, la voiture est terminée, on organise deux séances de mise au point, une consacrée à la gestion moteur et une autre pour les suspensions, le bilan est positif, la voiture se comporte mieux sur chaussées dégradées et dans des conditions d’adhérence précaires.

L’équipe est montée, les réunions de préparation pour l’assistance et les ouvreurs s’enchainent et tout le monde est à 100%.

Et nous voila en route avec Gérard pour Monaco, les reconnaissances commencent, 3 jours dans la voiture à découvrir les ES, uniquement 2 passages, c’est peu mais il faut faire avec, c’est une très bonne expérience, après 400 pages j’ai progressé dans ma prise de note et dans ma vision de la route.

Et le moment du départ arrive, sans même avoir eu le temps de réaliser on se retrouve au départ du Moulinon, la plus longue du rallye, un bon échauffement, et le rêve se réalise, prendre le premier départ et passer sur cette spéciale de légende, je suis comme un gosse, les yeux grands ouverts sur la pendule qui va nous donner le départ, et c’est parti.

Les spéciales du premier jour sont longues mais le col de la Fayolle c’est quelque chose, Burzet sur la neige quel pied …. et surtout la tarte aux pommes à La Remise, j’en ai rêvé, je l’ai attendu, je l’ai savouré.

Nouvelle journée avec également 6 spéciales et un parcours mythique pour un Stéphanois, St Bonnet le Froid, et encore sous la neige et la glace, le premier passage du matin est magique, on remonte les deux concurrents devant nous, la voiture glisse d’un virage à l’autre sans aucune appréhension, on réalise le meilleur temps du GrN, un grand souvenir pour l’équipage.

Le lendemain matin nous attend St Jean en Royans et la encore nous ne sommes pas déçus, la neige recouvre la spéciale, mais avec un beau soleil et pas de brouillard, c’est une fois de plus un souvenir magique.

Et le retour à Valence pour l’assistance, la dernière ici, la prochaine fois que je verrai mon assistance et nos ouvreurs ce sera à Monaco, et tout le monde à le même sourire au visage, quel bonheur de prendre tous la route du sud, j’ai vraiment le sentiment de tous les emmener avec nous, de vivre cette aventure non pas à deux mais à dix.

Sur le chemin de Monaco nous avons deux monuments à passer dont le Col de Fontbelle, et la je dois dire que je ne fais pas le fier en arrivant sur la glace après un début de spéciale sur le sec et en clou, pas de prise de risque, le port nous attend.

Nous y voila, enfin, Monaco, le parc fermé sur le port, un avant goût du lendemain soir …. et en garant la voiture dans le parc je me souviens avoir dit à Gérard de prendre juste 1 min le temps de réaliser ou nous sommes et tout ce qu’on a fait pour en arriver la …. avant de rejoindre l’assistance et de rêver au Turini.

Dernier jour de rallye, mais pas des moindres, cinq spéciales dont le Turini à faire trois fois, il neige depuis la veille dans le col, avec une couche de glace en dessous, les voitures sont en aquaplanning sur une neige transformée en soupe et les clous ne touchent pas la glace, c’est inconduisible, même Sébastien LOEB dira à l’arrivée que c’est du jamais vu, et malheureusement beaucoup vont y rester dans ce Turini, pour nous le seul objectif c’est de se sortir de cette spéciale. Au deuxième tour les conditions sont tellement mauvaises que les spectateurs partent et envahissent la spéciale, les organisateurs décident de nous faire partir en liaison, retour au port, assistance et au moment de repartir pour le dernier tour la décision tombe d’arrêter le rallye, le troisième passage du Turini est annulé, trop dangereux, trop de spectateurs.

Je savoure cet instant, nous rentrons la voiture au parc avec Gérard, nous avons terminé le Rallye Monte-Carlo, le premier pour moi, une année exceptionnelle, toutes les spéciales en pneus clou, de la neige tous les jours et un Turini d’anthologie, comment aurais-je pu imaginer plus beau Monte-Carlo, je ne veux plus sortir du parc. On finit par retourner à l’assistance, retrouver toute l’équipe, les amis, les sponsors, tout ceux qui ont rendu cela possible, un vrai moment de bonheur.

Le dernier moment fort du Monte-carlo, le passage sur le podium devant le palais, ça y est le Monte-Carlo est fini, mais quelle belle histoire.

Merci encore à tous … et vivement la prochaine aventure.

Passionnément.

Philippe CHEVALLARD

 

 

 

 

Back to top