Pionnier européen de la suralimentation par turbocompresseur sur la 2002 turbo lancée en 1973, BMW a abandonné cette solution technique pour ses moteurs à essence à l’arrêt de la berline 745i. Le coupé 335i marque le retour du constructeur allemand à cette formule de gavage via une implantation peu commune : deux turbos identiques, montés en parallèle sur un 6 cylindres en ligne.

Le coupé 335i mélange les genres avec un rare talent. À bas régime, son moteur à injection directe d’essence repart avec la vigueur des meilleurs diesels. Mais alors que ceux-ci capitulent rapidement en grimpant dans les tours, rien ne semble venir à bout de l’énergie du premier cité, capable de signer des performances dignes d’une sportive de haut vol.

Autre surprise: le souffle des turbos n’est perceptible à aucun moment, pas plus que le bruit des soupapes de décharge. Voici bien le premier moteur turbocompressé qui offre la musicalité d’un noble bloc atmosphérique et une ambiguïté : doit-on considérer le coupé 335i comme une GT ou une sportive ? Doit-il être pris pour le descendant du coupé 635 CSi ou comme une alternative à une M3 ? Par sa silhouette, il est plus proche du premier que de la seconde. Par sa commande de boîte et son freinage, il s’inscrit comme une authentique BMW. Si ses performances le rapprochent d’une M3, le compromisinadéquat ressorts/amortisseurs le rapproche cependant d’un coupé au long cours.

Le coupé 335i constitue une proposition sans équivalent sur le marché des GT 4 places.

La 335 Ci proposée conjugue également la sportivité et la polyvalence avec sa transmission intégrale X-Drive et vous permettra de profiter toute l’année des 320cv du 6 cylindres avec l’option BMW Performance.

Vendue neuve à Luxembourg, c’est une première main, n’affichant que 44900 km et en parfait état.

Commandée avec comme principales options

– X-Drive

– Toit ouvrant électrique

– Pack M

– Régulateur de vitesse

– Kit Performance BMW 320cv

– Park distance av et ar

– BMW Serenity essential

– Pack jantes alu hiver.