L’Alfa Roméo Giulia Sprint est l’œuvre du jeune Giorgetto Giugiaro. Alors âgé de vingt deux ans, ce dernier travaillait à l’époque pour le compte du célèbre carrossier turinois. Il en traça les lignes alors qu’il effectuait son service militaire, travaillant le soir dans une chambre d’hôtel grâce à quelques accommodements obtenus par Nuccio Bertone avec l’autorité militaire…

Compact et d’une remarquable homogénéité, le design de cette 2 + 2 constitue une grande réussite, l’un des principaux chefs-d’œuvre de Bertone.

Présentée en septembre 1963, la 1600 GT Sprint est construite dans la nouvelle usine d’Arese. Outre sa mécanique développant 122 ch SAE qui l’entraîne à 180 km/h, elle emprunte à la berline Giulia son soubassement caissonné dont l’empattement a été réduit à 2,35 mètres. La face avant de ce modèle originel présente un décrochement formant prise d’air à la naissance du capot, tandis que la calandre se compose d’une grille d’où émerge le triangle Alfa Roméo.

Traité dans un style sobre et élégant, l’habitacle entièrement revêtu de moquette apparaît luxueux pour l’époque. La planche de bord moulée dans un matériau synthétique noir reçoit quatre cadrans circulaires chromés disposés en ligne, alors que le pédalier est toujours fixé au sol. Gagnant trois chevaux en 1966, le modèle se voit adjoindre le qualificatif de Veloce, tandis qu’apparaît, à ses côtés, la 1300 GT Junior.

Extérieurement, la Veloce se distingue de sa devancière par sa calandre à trois barres horizontales, son trèfle à quatre feuilles ornant le montant de custode et sa planche de bord garnie d’un revêtement en faux bois. Quant à la Junior, outre une décoration intérieure simplifiée, elle ne bénéficie que d’une seule barre de calandre. Elle n’en restera pas moins au catalogue jusqu’au terme de cette lignée de voitures, dont elle représentera plus de 40% de la production.

 

La GTA (Gran Turismo Alleggerita) sera présentée au salon de l’automobile d’Amsterdam en 1965.

La version GTA de série pesait 745 kg, contre les 950 kg de la Giulia Sprint GT et son moteur développait 115 ch.

Les modifications apportées par l’ingénieur Carlo Chiti furent, outre l’opération d’allègement grâce aux panneaux de Paraluman 25 qui permirent de gagner pratiquement 200 kg, le remplacement des vitres par du plexiglas, l’adoption d’une nouvelle suspension arrière qui abaissait le centre de gravité, le moteur de 1 570 cm³ à double allumage par cylindre Twin Spark et des carburateurs de plus grande section. Dans les versions préparées pour les compétitions, la puissance pouvait atteindre 170 ch avec un poids encore réduit de 45 kg supplémentaires, grâce à la suppression des pare-chocs, des sièges et des vitres coulissantes.

 

Restaurée à partir de sa coque nue par un spécialiste Alfa Roméo, cette Alfa Giulia Sprint GT de 1968 le fut dans l’esprit des GTA de compétition.

La carrosserie pour commencer fut modifié avec les éléments caractéristiques aux GTA, poignée de portes en alu, éclairage de plaque arrière sur support en alu, suppression des parechocs, grilles de calandres ajourées, l’ensemble reposant sur des jantes évoquants le dessin des GTA mais de 15″ et acceptants les pneumatiques modernes.

La sellerie n’est pas en reste, avec un arceau 4 points, des sièges baquets et un tableau de bord et volant de GTA, l’esprit est préservé.

Côté mécanique la voiture est équipé d’un moteur 1750 cm3 avec carburateurs Weber, échappement 4en1, un pont autobloquant, des suspensions Koni Sport et des freins avec un meilleur refroidissement.

Sortant juste de restauration cette Alfa Roméo est prête à prendre part à toutes les épreuves de régularité,

Belle à regarder et plaisante à conduire, cette Giulia Sprint est surement un des meilleurs compromis pour les amateurs d’Alfa-Roméo.