En 1998, sous l’égide de Ferrari, Maserati créé la sensation avec sa nouvelle 3200 GT et ses feux arrière boomerang. Avec son V8 biturbo dérivé des Maserati Shamal et sa ligne griffée Ital Design, le coupé 2+2 Maserati a signé le retour de la marque au Trident aux affaires. Toujours dotée d’un charisme et d’un caractère ombrageux, les performances affichées sont au niveau des meilleures. Après 4 années de succès, les Maserati 3200 GT se muent en Maserati GT avec un design retouché, notamment avec la perte des feux arrière boomerang, et reçoit un V8 atmosphérique de 4,2 litres de 390 ch. Difficile de faire mieux… Si la Maserati GT a atteint aujourd’hui une maturité éclatante, le constructeur de GT italienne y va de petites séries spéciales et finitions particulières. Il faut dire que la concurrence active, avec la nouvelle Porsche 997 en particulier, oblige Maserati à être réactif. La Maserati GranSport V8 s’inscrit dans cette stratégie, ce qui ravit les amateurs de GT italiennes que nous sommes.

Par rapport au dessin d’origine de Giorgetto Giugiaro de 1998, quelques modifications de détails sont intervenues. Comme la Maserati GT, la GranSport V8 se distingue par une aérodynamique particulièrement soignée. Avec un Cx de 0,33 la Maserati GranSport V8 se positionne parmi les GT à l’aérodynamique la plus efficace. Les plus grosses retouches concernent les spoiler avant et arrière et également les bas de caisse. Dessin plus agressif, et surtout aérations plus conséquentes. Les très belles jantes en 19 pouces de diamètre complètent la panoplie de la parfaite GT affûtée. D’autant plus que leur dessin inspiré des Maserati Tropheo symbolise avec ses branches le trident Maserati. Sa suspension rabaissée de 10 mm assoit encore mieux l’auto sur le sol et lui confère plus de caractère. Une fois la porte ouverte, c’est toute la finition et le raffinement italien qui s’offrent à vous. Tout l’intérieur est tendu de cuir et la présentation est soignée. L’équipement est ultra-complet et l’amateur exigeant trouvera son bonheur au volant de la Maserati GranSport V8. Toutes les principales commandes sont regroupées sur la console centrale, et pour réveiller le V8 un bouton  » Start Engine  » est sur la planche de bord. Sur le couvercle de boîte à gant, un petit monogramme  » GranSport  » est apposé. La Maserati GranSport V8 offre ainsi un habitacle raffiné et surtout chaleureux et charmeur, à l’opposé de la froide rigueur germanique.

Chez Maserati, fini le temps des V8 biturbo capricieux nécessitant un entretien coûteux et scrupuleux. Désormais, la banque d’organe Ferrari va profiter à tous, y compris aux capots frappés du Trident. C’est donc le V8 de 4,2 litres atmosphérique issu du catalogue Ferrari. Si sur la GT il développe 390 ch, dans cette version spéciale GranSport V8, il développe 400 ch à 7 000 tr/mn. A noter que le régime maximum de ce V8 est de 7 600 tr/mn. Comme beaucoup de mécaniques italiennes sportives, il se distingue par un haut moteur particulièrement travaillé : 32 soupapes entraînées par deux arbres à cames en tête par rangée de cylindres, le tout commandé par chaîne. Comme tout bon moteur atmosphérique particulièrement développé dans sa partie haut moteur, le couple est conséquent, avec 452 Nm, mais assez haut perché à 4 500 tr/mn. C’est la boîte mécanique Cambiocorsa à 6 rapports qui est montée d’office sur la Maserati GranSport V8. Cette boîte mécanique à commande robotisée est commandée depuis le volant avec deux palettes situées juste derrière le précieux cerceau. Un mode tout automatique est également possible.

La Maserati GranSport se distingue par un châssis soignée et ayant recours à des solutions éprouvées et efficaces pour garantir un bon équilibre et une tenue de route efficace. Ainsi, si le moteur est situé devant, la boîte est montée de type transaxle comme sur les Porsche à moteur avant. Elle est donc accolée au différentiel à l’arrière. Cela confère donc une répartition des masses idéalement équilibrée entre l’avant et l’arrière. En plus de la suspension à double triangles, le système piloté Skyhook, habituellement en option sur les Maserati GT, est monté de série sur la GranSport V8. Cette suspension tient ainsi compte des variations transversales et des accélérations pour maintenir une assiette constante. Pour ralentir un tel pur sang, les ingénieurs de Modène ont monté des freins à disques ventilés au diamètre généreux : 330 mm à l’avant et 310 mm à l’arrière. Toutes les assistances à la conduite modernes sont également de la partie (ABS, MSR, ASR, EBD…). Les roues sont en alliage et en diamètre généreux de 19 pouces chaussées de 235/35 à l’avant et 265/30 à l’arrière. Au volant, la Maserati GranSport surprend par sa facilité de conduite. Equilibrée, saine de comportement, elle affiche clairement un comportement de GT accomplie. Ses vitesses de passage en courbe sont impressionnants, bien que piloter un tel engin à haute vitesse sur circuit demande tout de même quelques notions de pilotage. Pour les allures standards et rapides, tout le monde ou presque peut manier cette splendide GT sans arrière pensée, sur sol sec bien entendu. Le seul bémol avec la suspension Skyhook est l’amortissement défaillant sur chaussée déformée. Sinon, c’est le sans faute..

 

Vendue neuve au Luxembourg en Février 2007 par la concession Maserati Intini, elle n’a eu que 3 propriétaires,

Elle affiche un kilométrage très faible de 31000 km d’origine et dispose de tous ses carnets d’origine et du service complet.

Equipée avec navigation intégré, sièges chauffants et phares xénon, cette GranSport offre une très belle combinaison de couleur noir métallisé et intérieur bi-ton cuir noir et brun.

Cette Maserati est vendue, n’hésitez pas à prendre contact si vous êtes à la recherche d’une GranSport.