Fin 2007 Mitsubishi dévoile au salon de Tokyo la remplaçante très attendue de sa célèbre Lancer Evolution, l’Evolution X.

Pour cela, toute la voiture a été repensée de A à Z à partir d’une plateforme réalisée conjointement avec Chrysler. Outre une nouvelle coque, propre à la Lancer Evolution, le design final prend source dans une proposition de Masaki Matsuhara, responsable du centre Mitsubishi R&D Europe. Le style de la Lancer Evo X, initié par le concept X exposé au salon de Tokyo 2005 est en rupture avec le passé, bien que toujours très inspiré de la compétition, à l’image des ailes élargies. Si cela ne se voit pas, le toit, le capot moteur, les ailes avant et le spoiler arrière sont en aluminium afin de limiter la prise de poids. La face arrière conserve son imposant aileron, véritable marque de fabrique des Lancer Evolution, qui surplombe un bouclier avec diffuseur et double sortie d’échappement séparée. Les roues de 18″ changent de fournisseurs selon la finition choisie : Enkei à bâtons fins pour la GSR et BBS à rayons croisés pour la MR. Plus anecdotique, la couleur de calandre vous permettra aussi de différencier une Evo X GSR (calandre noire) d’une MR (calandre noire avec tour chromé).

La principale surprise de l’habitacle très classique vient ici des palettes qui ont poussé derrière le volant, lequel perd au passage ses jolies branches en métal. Sur la console centrale trône en effet le levier de la toute nouvelle transmission Dual Clutch SST. Pour finir ce paragraphe, précisons que Mitsubishi a sorti le grand jeu question équipements. Tout ce qu’on peut attendre d’un haut de gamme moderne étant ici fourni de série, du GPS au système audio Rockford Fosgate 650 W Bluetooth en passant par le cuir et le système de clé « mains libres ».

Sous le capot aussi Mitsubishi a semblé vouloir faire table rase du passé. Le bloc 4G63 est remplacé par le nouveau 4B11. Les normes anti-pollution ont sans doute eu raison d’un bloc arrivé à bout de développement, ce qui a conduit à la mise au point d’un nouveau 4 cylindres 2.0 tout alu, carré par ses cotes et de type Mivec (double calage variable des arbres à cames à l’admisison et à l’échappement). Plus bas de 10 mm par report de l’échappement à l’arrière du bloc et de l’admission devant, le nouveau moteur, également plus léger de 12 Kg, se contraint toujours à l’agrément des constructeurs japonais concernant la limitation des puissances. Un agrément que chacun sait n’être qu’une politesse de façade tant les mesures de la réalité peuvent différer des puissances annoncées ! Bref, toujours est-il que le nouveau 2.0 Mivec de la Lancer Evo X annonce prudement 280 ch au Japon et 295 ch chez nous. Le couple demeure l’un des points forts du 2.0 japonais qui se montre plus linéaire, avec jamais moins de 300 Nm entre 2000 et 7000 tr/mn tandis que la puissance maxi perchée à 6500 tr/mn ne laisse que 500 tours de bonus avant le régime de coupure.

La gestion de boîte SST offre 3 modes de fonctionnement, selon votre humeur et votre degré d’énervement au volant : normal, Sport et Hyper Sport.

Reposant sur un train avant triangulé à jambes de force type macPherson et un train arrière multibras en aluminium forgé, la Lancer Evo X se distingue par des liaisons au sol soignées et une coque spécifique, plus courte de 4 cm que les autres Lancer et plus rigide de plus de 50% que sur le modèle précédent qui datait lui même de l’Evo VII. L’empattement a également été allongé et les voies sont plus larges de 30 mm que sur l’Evo IX. La suspension s’en remet quant à elle au duo reconnu amortisseurs Bilstein + ressorts Eibach. Mais attention, uniquement sur la MR ! Les freins sont également revus avec des disques de 350 mm à l’avant et étriers fixes Brembo à 4 pistons à l’avant et 2 à l’arrière. La transmission S-AWC (Super All Whell Control) est confiée, comme sur la Lancer Evo 9, à une complexe cascade de différentiels, dont un autobloquant Torsen à l’avant et deux trains pilotés électroniquement au centre et à l’arrière. Au centre, l’ACD gère la répartition entre essieux. Au freinage il se verrouille pour favoriser la stabilité. A l’arrière le pont AYC régule le couple entre les deux roues et agit donc directement sur les mouvements de lacet, soit pour augmenter la stabilité, soit au contraire pour décupler l’agilité ! Là, ça devient quasiment magique tant cette lourde berline accepte de se mettre dans des situations inavouables et en toute facilité ! Le tout est bien entendu assisté par un ESP (ASC), déconnectable mais réellement bien calibré.

La répartition des masses 70-30 favorise un léger sous-virage au placement de l’auto en courbe, mais ensuite, l’efficacité de la transmission intégrale est telle que l’on peut quasiment remettre pleins gaz très tôt, sans ne plus avoir à se soucier que de la direction. Laquelle est douce et précise. La boîte SST qui estompe presque totalement la rupture de charge offre en outre l’autre avantage de ne pas déstabiliser l’auto lors des changements de rapports en courbe. On se console donc des kilos supplémentaires qu’elle impose par rapport à la boîte manuelle en admirant la facilité de conduite que permet cette Mitsubishi Lancer Evo X.

La Mitsubishi Lancer proposée à la vente est une version MR (full options),

De première main Luxembourgeoise et n’affichant que 31000 Km,

En parfait état cosmétique et mécanique, jamais accidentée ni utilisée sur circuit, la voiture dispose toujours de son set de pneus été de monte d’origine (ainsi qu’un set de pneus hiver)

Equipée de

– Boite SST double embrayage
– Système navi et hifi Rockford Fosgate avec système Bluetooth
– Commandes au volant
– Système Key-Less
– Sièges Recaro semi cuir chauffants
– Pommeau de levier de vitesses et frein à main aluminium
– Phares Bi-Xenon
– Jantes BBS 18″
– Suspension Bilstein avec ressorts Eibach

Vendue avec ses deux clefs (plus la carte code), l’ensemble de ses manuels et carnet d’entretien, certificat de conformité européen, la révision complète a été effectuée en début d’année 2018 avec toutes les vidanges et filtres incluant moteur, boite, freins, liquide de refroidissement, pilotage de pont et de diff, bougies, courroie …

Jamais accidentée, tous ses éléments de carrosserie sont d’origine, seul quelques griffes viennent d’être reprises afin de proposer un véhicule en état neuf à son acquéreur.

Cette Mitsubishi est vendue, n’hésitez pas à prendre contact si vous êtes à la recherche d’un modèle similaire.