Fin 2007 Mitsubishi dévoilait au salon de Tokyo la remplaçante très attendue de sa célèbre Lancer Evolution. L’Evo X pour les initiés, adopte un tout nouveau visage et de nouvelles technologies embarquées.

Chez Mitsubishi on affichait donc de grandes ambitions pour la nouvelle berline Lancer et notamment celle d’aller chasser sur les terres des Bmw série 3 et Audi A4, ou M3 et S4 dans le cas de la Lancer Evo.

Pour cela, toute la voiture a été repensée de A à Z à partir d’une plateforme « mondiale ». Outre une nouvelle coque, propre à la Lancer Evolution, le design final prend source dans une proposition de Masaki Matsuhara, responsable du centre Mitsubishi R&D Europe. Le style de la Lancer Evo X, initié par le concept X exposé au salon de Tokyo 2005 est en rupture avec le passé, bien que toujours très inspiré de la compétition, à l’image des ailes élargies. Le regard se fait plus menaçant et la grande calandre ouverte « Jet Fighter » ressemble à une bouche béante prête à aspirer à pleins poumons l’air ambiant pour alimenter le turbo. Si cela ne se voit pas, le toit, le capot moteur, les ailes avant et le spoiler arrière sont en aluminium afin de limiter la prise de poids. La face arrière conserve son imposant aileron, véritable marque de fabrique des Lancer Evolution, qui surplombe un bouclier avec diffuseur et double sortie d’échappement séparée.

Sous le capot aussi Mitsubishi a semblé vouloir faire table rase du passé ! Les normes anti-pollution ont sans doute eu raison d’un bloc arrivé à bout de développement, ce qui a conduit à la mise au point d’un nouveau 4 cylindres 2.0 tout alu, carré par ses cotes et de type Mivec. Plus bas de 10 mm par report de l’échappement à l’arrière du bloc et de l’admission devant, le nouveau moteur, également plus léger de 12 Kg, se contraint toujours à l’agrément des constructeurs japonais concernant la limitation des puissances. Un agrément que chacun sait n’être qu’une politesse de façade tant les mesures de la réalité peuvent différer des puissances annoncées !  Le couple demeure l’un des points forts du 2.0 japonais qui se montre plus linéaire, avec jamais moins de 300 Nm entre 2000 et 7000 tr/mn tandis que la puissance maxi perchée à 6500 tr/mn ne laisse que 500 tours de bonus avant le régime de coupure.

Reposant sur un train avant triangulé à jambes de force type macPherson et un train arrière multibras en aluminium forgé, la Lancer Evo X se distingue par des liaisons au sol soignées et une coque spécifique, plus courte de 4 cm que les autres Lancer et plus rigide de plus de 50% que sur le modèle précédent qui datait lui même de l’Evo VII. L’empattement a également été allongé et les voies sont plus larges de 30 mm que sur l’Evo IX. La transmission S-AWC (Super All Whell Control) est confiée à une complexe cascade de différentiels, dont un autobloquant Torsen à l’avant et deux trains pilotés électroniquement au centre et à l’arrière. Au centre, l’ACD gère la répartition entre essieux. Au freinage il se verrouille pour favoriser la stabilité. A l’arrière le pont AYC régule le couple entre les deux roues et agit donc directement sur les mouvements de lacet, soit pour augmenter la stabilité, soit au contraire pour décupler l’agilité. Le tout est bien entendu assisté par un ESP, déconnectable mais réellement bien calibré.

Sur route ouverte, seule la raison dictera les vitesses que l’on s’autorise à bord d’un tel monstre d’efficacité.

 

Cette Mitsubishi Lancer Evo X est une GSR boite manuelle, version la plus légère et dynamique.

Elle fut livrée neuve en 2009, et affiche aujourd’hui 28000 km.

Disposant d’un carnet complet chez Mitsubishi elle est toujours équipée de ses 4 pneus Dunlop de livraison d’usine.

Elle sera néanmoins livrée à son futur acquéreur avec 4 pneus neufs et une révision en concession.

Disponible immédiatement, visible sur rdv.